Visitez les sites classés au Patrimoine mondial de l’Unesco – Nos guides 2022

La France compte 49 sites classés sur la liste du patrimoine de l’Unesco. La France se place donc à la quatrième position derrière l’Allemagne, la Chine et enfin l’Italie qui occupe quant à elle la première marche du podium avec 59 sites classés.

Parmi les sites les plus connus, on peut citer le canal du midi, le Pont du Gard, la Cathédral d’Amiens et même des villes entières comme Nice, classée comme  la ville de la villégiature d’hiver de riviera. Mais comment ces sites se retrouvent-ils sur la très sélect liste de l’Unesco ? Et surtout comment sont-ils sélectionnés et sur quels critères ? On répond ici à toutes les questions que tu te poses.

Nos visites Unesco en France

Nos visites Unesco en Italie

Nos visites Unesco à Chypre

L’inscription des sites classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco

Tous les pays signataires de la Convention du patrimoine mondial peuvent inscrire le patrimoine se trouvant sur leur territoire à l’Unesco. En signant cette convention, ils deviennent membre de l’Unesco et s’engagent ainsi à protéger leur patrimoine à la fois culturel et naturel.

Les pays ayant signé la convention commencent par dresser une liste des sites appelée liste indicative. L’état partie prépare un inventaire le plus exhaustif possible en incluant toutes les informations connues, en collectant toute la documentation et les cartes connues.

Ce dossier de proposition d’inscription d’un patrimoine sur la liste de l’Unesco une fois complet est transmis aux organisations consultatives indépendantes : le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Centre international d’étude pour la préservation et la restauration des biens culturels (ICCROM. Ces organes, désignés par la Convention du patrimoine mondial, évaluent la proposition des États. La décision finale revient au Comité intergouvernemental du patrimoine mondial sur la base de l’évaluation des organisations consultatives.

Les membres du comité se réunissent une fois par an pour décider des nouveaux sites à inscrire au patrimoine mondial. La décision se prend sur la base de l’adéquation du site proposé avec les critères de sélection de l’Unesco.

Les critères de sélection des sites pour figurer sur la liste de l’Unesco

Le critère premier pour faire figurer un site sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco est la valeur universelle exceptionnelle du site.

En plus, de ce critère général s’ajoutent 10 critères de sélection. Les orientations qui guident la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial explicitent clairement tous les critères de sélection.

Selon le premier de ces 10 critères, le site doit représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain. Le site doit aussi témoigner d’un échange d’influences considérable, il doit être le témoignage d’une tradition culturelle ou d’une civilisation, il doit offrir un exemple éminent d’un type de construction et il doit être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel. Voilà pour les 5 premiers critères.

Comptent aussi comme critères de sélection l’association du site à des événements ou des traditions vivantes, l’importance esthétique, la représentation sur le site des grands stades de l’histoire de la terre, mais aussi la représentation de processus écologiques en cours dans le développement des écosystèmes et enfin la capacité du site à abriter des habitats naturels représentatifs et importants pour la conservation de la diversité biologique. Pour être sélectionné, le site doit répondre à l’ensemble de ces 10 critères.

La valeur culturelle et naturelle d’un lieu ne sont pas séparées et sont comprises dans chacun des 10 critères. Les interactions entre la nature et l’homme sont même reconnues par l’Unesco sous le terme de paysage culturel. C’est à ce titre que les Causses et les Cévennes ont été intégrés à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco comme paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen.

Les nouveaux biens inscrits dernièrement

C’est par cette procédure et sur ces critères de sélection que 34 nouveaux biens ont été inscrits à la liste du patrimoine de l’Unesco en 2020 et 2021. 29 sont entrées sous la qualification de biens culturels et 5 comme biens naturels.

Parmi les nouveaux inscrits, on peut citer l’aire culturelle de Ḥimā située en Arabie Saoudite dans une zone aride et montagneuse sur l’une des anciennes routes caravanières. Le site comprend un ensemble de représentations d’art rupestre sur les thématiques de la chasse, de la faune, de la flore et des modes de vie sur une période de 7 000 ans jusqu’à la fin du XXe siècle.

Plus étonnant, on retrouve dans la liste des nouveaux arrivés cette année le chemin de fer transiranien en Iran. Cette construction a été sélectionnée pour sa remarquable ampleur et les travaux d’ingénierie impressionnants réalisés lors de la construction. Le chemin de fer relie la mer Caspienne au golfe Persique en passant par des paysages escarpés et 4 zones climatiques différentes.

La France figure aussi parmi les nouveaux arrivants de cette année. Le phare de Cordouan dans l’océan Atlantique en Nouvelle-Aquitaine a intégré la prestigieuse liste de l’Unesco. Le phare a été construit par l’ingénieur Louis de Foix dans un environnement inhospitalier et extrêmement dangereux. 

La liste des nouveaux inscrits comprend des sites naturels comme par exemple les forêts primaires de hêtre dans 18 pays d’Europe.

La liste de l’Unesco du patrimoine mondial en péril

La liste des sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco est riche et passionnante. L’Unesco a même mis en place une liste du patrimoine mondial en péril pour alerter sur la disparition ou la dégradation de l’un des sites déjà classés. 52 biens apparaissent actuellement sur cette liste, la plupart au Moyen-Orient et en Afrique due aux conflits et au réchauffement climatique.

Sur cette liste se trouve, par exemple, le paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan en Afghanistan ou encore la réserve naturelle intégrale du mont Nimba en Guinée.

L’idée est d’attirer l’attention du public et des médias sur la disparition d’un bien jugé d’une valeur exceptionnelle pour l’humanité et qui nécessite une protection particulière. Lorsqu’un patrimoine est inscrit à l’Unesco, celui-ci n’entre pas seulement sur une liste prestigieuse, le bien se retrouve aussi sous la protection de l’institution Unesco.

Tu sais maintenant tout du processus de sélection et des critères de sélection des sites du patrimoine mondial de l’Unesco. Alors, pourquoi ne pas choisir ta prochaine destination de voyage en fonction de cette liste extraordinaire qui promet de découvrir des merveilles ! L’Unesco propose même un service de volontariat pour celles et ceux qui souhaitent s’engager pour la conservation du patrimoine de l’Unesco.

Silvia